DME : La diversification menée par l'enfant pour son bébé

DME : La diversification menée par l’enfant pour son bébé

Votre enfant va bientôt avoir six mois et vous vous demandez comment l’amener à l’alimentation solide. Et si, dès le début, il découvrait la véritable texture et le goût des légumes et des fruits, au lieu des traditionnelles purées, bouillies ou compotes ? Nombre de parents apprécient cette méthode appelée DME (Diversification Menée par l’Enfant). Qu’est-ce que la DME ? Comment la pratiquer en toute sécurité ? Voici tout ce que vous devez savoir sur cette pratique pour la mettre en œuvre avec votre enfant :

Qu’est-ce que la DME ?

La diversification menée par l’enfant (DME) est une nouvelle approche d’introduction à la nourriture chez les tout-petits, qui consiste à rendre l’enfant totalement acteur de ses repas. Le principe est assez simple : laisser le bébé découvrir et manger seul les aliments avec ses doigts au lieu de le nourrir à la cuillère. Avec cette méthode, finies les traditionnelles purées et compotes, place aux aliments solides cuits ou crus (fruits, légumes, viandes… Les textures sont en fonction de l’âge). Ainsi, le bébé se voit offrir de gros morceaux d’aliments, qu’il s’efforcera de saisir avec ses petites mains malhabiles, afin de les sucer ou de les rogner. De cette manière, il sera amené à s’essayer à différentes textures et à découvrir des saveurs intactes, tout en apprenant à être autonome dans son alimentation. Cette méthode de diversification, courante dans les cultures dites « traditionnelles », place l’adulte en position d’observateur et non pas de nourrisseur. C’est au bébé, et à lui seul, de prendre les aliments et de les mettre dans sa bouche. Il évolue donc à son rythme.

Pourquoi adopter la DME pour son enfant ?

La diversification alimentaire menée par l’enfant étant une approche relativement récente, très peu d’études s’y rapportent. Pourtant, cette façon d’introduire les bébés à la nourriture non transformée a déjà fait ses preuves, avec de multiples avantages. Parmi ceux-ci figure l’éveil précoce à la texture et à l’odeur des aliments, qui stimule chez l’enfant une curiosité gustative.

De plus, l’alimentation autonome permet au bébé de développer sa motricité fine. Dans les 15 premiers jours, le bébé aura tendance à saisir les morceaux en pleines mains, mais très rapidement, il sera en mesure de prendre les aliments avec la pince à 3 doigts. En outre, la DME permet au tout-petit de développer sa coordination selon deux axes :

  • Œil-main, à force d’essayer de prendre les aliments ;
  • Main-bouche, en faisant parvenir la nourriture jusqu’à ses lèvres.

En plus de tout cela, la DME aurait également le mérite d’aider l’enfant à reconnaître et à respecter plus naturellement son rythme de faim.

Quand peut-on initier un bébé à l’alimentation autonome ?

Contrairement à la diversification classique qui commence vers 4 mois, l’alimentation autonome impose d’attendre que le nouveau-né soit prêt physiquement. Pour se nourrir seul, votre enfant doit être capable de :

  • Se tenir assis dans une chaine haute sans votre aide ;
  • Mener les aliments vers sa bouche ;
  • Bouger la tête de chaque côté et de haut en bas.

DME, quels aliments donner à votre bébé ?

Manger seul ne veut pas dire manger comme tout le monde. Votre bébé est en train de faire ses premiers pas vers l’alimentation autonome. Il donc est nécessaire de lui proposer un format et une texture spécifique. Ce que je conseille très souvent, c’est de suivre les mêmes préceptes que pour la diversification classique. Pour cela, évitez de proposer dans les premières semaines les légumes difficiles à digérer et les aliments gras (trop glissants) ou cuits (trop chauds).

Il est préférable de lui donner des morceaux qui dépassent un peu plus de sa petite main, afn de faciliter la prise en main. Pour commencer, vous pourrez lui proposer, par exemple :

  • Des légumes tendres et bien cuits en lanières ou en bouquet (brocoli, chou-fleur, patate douce, carotte, asperge…) ;
  • Des lanières de viande avec un peu de jus
  • Des petits cakes ou boulettes faites avec des oeufs
  • Du tofu en gros cube (au moins 3 cm) ou râpé ;
  • Du fromage découpés en lanières ou en gros cubes ;
  • De la viande tendre (faux-filet de bœuf en lanières de 2 cm, porc sur l’os) ;
  • Du pain des fleurs avec une purée de fruits dessus
  • Des fruits cuits, mous ou bien mûrs : banane, poire, abricot, pêche, prune…

Au fur et à mesure que les poussées dentaires évoluent et que votre enfant grandit, la taille des morceaux sera de plus en plus petite, et de nouvelles textures (cuissons) pourront être proposées. Progressivement, les portions plus grandes que son poing fermé auront environ la taille d’une balle de golf à 8 mois et celle d’un dé à 12 mois; tout dépendra des capacités et de l’habileté du bébé, puisque chaque enfant est différent.

L’alimentation autonome, comment gérer les quantités ?

La question de la quantité est l’une des objections qui reviennent très souvent lorsqu’on parle de l’alimentation autonome chez le bébé. Pourtant, il n’est pas difficile de gérer les quantités de nourritures ingérées en DME. Ce que je vous conseille, c’est de faire confiance au bébé. Selon Christine Zalejski, auteur du premier livre en France sur la DME et docteur en sciences, les enfants savent écouter leur satiété (comme nous, adulte). Il est difficile et incohérent de forcer un enfant à finir son assiette lorsqu’il n’a plus faim, quand nous-mêmes nous ne pouvons pas le faire si notre satiété arrive.

Toutefois, sachez que la diversification consciente est la continuité de l’allaitement maternel. D’ailleurs, le lait, qu’il soit artificiel ou maternel, restera l’aliment de base du bébé jusqu’à 12 mois. La quantité de nourriture sera sans doute faible dans les premières semaines en DME, car l’enfant a besoin de découvrir et les premières semaines, la nourriture est principalemet une découverte. Il est, par contre, primordial d’apporter des apports en fer au bébé lorsque celui-ci est allaité, car le lait maternel ne contient plus assez de fer après 6 mois. Selon les recommandations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), l’apport nutritionnel des nourritures solides doit être d’environ 20% de l’alimentation entre 6 et 9 mois et de 50% entre 9 et 11 mois.

La DME : prévenir les risques d’étouffement pour réussir

Si la diversification autonome apporte de nombreux avantages pour les enfants et les parents (les bébés peuvent manger ce que nous mangeons, il suffit seulement d’adapter la cuisson et de ne pas saler), elle n’est pas sans risque -SI- la cuisson des aliments et la taille donnée à l’enfant ne correpondent pas à son âge. Ce que les parents craignent souvent avec cette méthode, c’est le risque d’étouffement. Cependant, vous pouvez facilement le minimiser en suivant quelque consigne de sécurité :

  • Faites asseoir votre bébé dans sa chaise haute de façon à ce qu’il soit bien droit ;
  • Assurez-vous que le bébé soit bien éveillé avant de lui donner ses aliments ;
  • Ne laissez jamais votre enfant manger sans la surveillance d’un adulte ;
  • Éliminez les sources de distraction (jouets, télévision, téléphone ou autres objets) ;
  • Ne lui donnez que des aliments sécuritaires et évitez ceux qui présentent un risque d’étouffement.

Le Gag réflexe

Le Gag réflexe est un réflexe nauséeux que développe les bébés à partir de 6 mois. Si le bébé avale un aliment non adapté à son âge/développement : aliment trop sec, trop gros… Ce dernier est rejeté vers l’avant de la bouche : le gag réflexe. Ce réflexe est très impressionannt pour les parents lorsqu’ils ne l’ont jamais vu mais, c’est un procédé naturel chez l’enfant. Lorsque le gag réflexe se produit, évitez de montrer des signes de paniques au bébé, et d’essayer d’introduire vos doigts dans sa bouche, car cela pourra compromettre son réflexe naturel et protecteur.

Apprendre à reconnaître les -réels- signes d’étouffement : toux faible et inefficace, respiration sifflante, incapacité de crier ou de pleurer… Si le bébé se trouve dans ce cas, DME ou non, appelez le 15.

La DME, en résumé

En résumé, la DME est très avantageuse tant  pour les bébés que pour les parents, même si elle demande un brin de ménage en plus à la fin du repas. Grâce à cette approche, votre enfant développera facilement sa motricité fine ainsi que sa coordination œil-main et main-bouche. Les enfants découvrent, grâce à la DME, les texture réelles des aliments et leurs goûts, non transformés. De plus, aux alentours d’un an, les bébés peuvent, en général, s’alimenter de façon autonome, car la DME aura permis aux enfants d’avancer étape par étape.

DME : lecture conseillée

N’hésitez pas à vous documenter plus en détails sur le sujet, grâce au livre d’Aurélie Mantault, que je conseille souvent aux parents :
« Comme des grands : Diversification Menée par l’Enfant« , dans lequel la DME est expliquée totalement en détails : description de la diversification ; conseils ; tailles et textures d’aliments en détails, âge par âge, etc.

error: Ce contenu est protégé
Recevoir les derniers articles par email

Recevoir les derniers articles par email

Pour être certain de ne rien rater, nous vous proposons de vous envoyer un email par mois avec la liste des derniers articles Montessori.

Merci. Vous allez maintenant recevoir chaque mois un email contenant l'ensemble des nouveaux articles.