Laisser bébé pleurer avant d'aller dormir : Est-ce une bonne idée ?

« Faut-il laisser pleurer le bébé dans son lit avant qu’il ne s’endorme ? » : cette grande question que tous les parents se posent. Beaucoup de jeunes parents me disent que leur entourage peut parfois leur mettre la pression sur certains aspects de leur éducation, et laisser pleurer le bébé avant qu’il ne s’endorme en fait partie. Outre l’entourage, les professionnels de la petite enfance ont mis, et mettent encore parfois en avant cette pratique. Faut-il ou non laisser le bébé pleurer ? Quelles conséquences cela peut-il avoir ? Zoom une pratique très controversée :

Un bébé ne pleure jamais pour rien

Les pleurs du bébé sont son seul moyen de communiquer quand il est tout petit. Si le bébé a faim par exemple, il se met à pleurer. C’est donc la même chose pour l’endormissement : si le bébé pleure, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas, et souhaite le faire ressentir par le seul moyen de communication qu’il connaît : les pleurs.

Le fameux : « Tu devrais laisser pleurer ton bébé »

« Si tu laisses pleurer ton enfant avant d’aller dormir, au bout d’un moment, il s’endort, et ne pleure plus les nuits suivantes. » Effectivement, si les parents ne répondent pas, ou plus, aux appels du bébé, alors, complètement épuisé, il finira par s’endormir. Par contre, si l’endormissement se passe autrement les nuits suivantes, c’est tout simplement parce qu’à force de ne plus répondre à ses nombreux appels, le bébé intériorise l’angoisse de l’endormissement et ne communique plus : il se tait, se résigne à ne plus appeler ses parents, ce qui pourra poser des problèmes plus tard, car l’enfant sera plus susceptible de faire des grosses crises de colère pour être écouté de son entourage.

Les conséquences :

Même si l’enfant et l’adulte ne se rappellent pas de ces événements, cela le marquera inconsciemment et profondément : il pourra être très stressé même s’il ne le montre pas (problème à gérer son stress et ses émotions) ; il pourra manquer de confiance en lui (car, quand il était bébé et qu’il pleurait, il se sentait seul et livré à lui-même) ; il pourra rencontrer des problèmes pour accorder sa confiance (car, quand ses parents ne répondaient pas à ses appels, il devait finir par arrêter de pleurer et se taire) ; il pourra avoir des problèmes de sommeil car celui-ci sera associé, inconsciemment, à une angoisse profonde. Enfin, cela affectera évidemment le lien d’attachement parent/enfant mais également le lien parental et maternel car, à force de prendre sur eux et de ne pas répondre aux appels de leur bébé, les parents pourraient être de moins en moins sensibles à ses pleurs. Et tant d’autres conséquences encore…

Non, laisser pleurer un enfant n’est pas bon pour lui

Si vous laissez pleurer le bébé, cela ne l’aidera en aucun cas à s’endormir apaisé. Dans cet article, je parle des émotions de l’enfant, et laisser pleurer le bébé ne l’aidera pas plus à gérer ses émotions, surtout à cet âge-là ! Si le bébé pleure, c’est qu’il a besoin d’aide, qu’il a besoin de vous, que vous êtes les personnes qui comptent le plus pour lui… Et si vous ne répondez pas à ses appels, alors le bébé comprendra qu’il ne peut pas compter sur vous.

Les raisons pour lesquelles le bébé pleure avant l’endormissement

  • Il est seul
  • Il est séparé de sa maman
  • Il est dans une pièce sombre
  • Le silence peut être une source d’angoisse pour lui

Effectivement, avoir un bébé n’est pas toujours facile et beaucoup de parents peuvent se sentir démunis les premiers mois, et cela est totalement normal ! Seulement, le bébé vient de passer 9 mois dans le ventre de sa maman, arrive dans notre monde, totalement inconnu pour lui, il dort dans une pièce noire, sans aucun bruit, en étant séparé « brutalement » de sa maman. Toutes ces raisons favorises forcément l’angoisse de la nuit ou de la sieste chez le tout petit.

En somme : si l’on force l’enfant à dormir (ou quoi que ce soit d’autre) avant que celui-ci ne soit prêt alors, il pourra être encore plus accroché et dépendant des parents.

Laisser bébé pleurer avant d'aller dormir : Est-ce une bonne idée ?

Les réveils nocturnes du bébé : la lactation

Un certain nombre de personnes pourrait vous dire de choisir vous-mêmes le moment où le bébé prendra sa tétée, pour se caler sur vos horaires alors que c’est au bébé de le sentir, et le fait très bien tout seul. Son estomac est encore petit, et le bébé a besoin de boire souvent, de petites quantités. Cela est très important pour que la lactation se passe bien, autant pour le bébé que pour la maman. Le bébé a besoin du contact de sa maman, de sentir son odeur et sa chaleur.

Accompagner son bébé pour ses nuits/sa sieste, en respectant son propre rythme

Il est important, primordial même de respecter le rythme du bébé : sommeil, faim… C’est à nous, adulte, de nous adapter à eux dans ces moment-là, et non l’inverse.

Repérer les signes de fatigue du bébé :

En observant votre enfant, vous saurez reconnaître les moments où il est le plus fatigué, pour commencer l’endormissement. Le bébé pleure, baille, se frotte les yeux… Sont autant de signes qui vous feront comprendre que le timing est parfait pour accompagner le bébé à s’endormir sereinement.

L’importance du rituel : les étapes de l’endormissement, l’objet qui rassure…

La mise en place d’un rituel de coucher est très important pour le bébé, car cela va lui donner des points de repères. D’ailleurs, jusqu’à ses 6 ans, l’enfant a besoin de repères (et donc de rituels) dans sa vie quotidienne : maison, école…

Lorsque vous êtes chez vous, il est important de suivre les étapes du coucher dans le même ordre (celui que vous aurez instauré). En respectant chaque soir ce même rituel, cela rassurera le bébé car il connaîtra déjà les étapes, et pourra s’endormir de façon plus sereine. De plus, vous pouvez placer dans son lit un objet qu’il aime et qui peut le rassurer, qu’il retrouvera à chaque moment de sommeil. Si l’enfant ne manifeste aucun signe particulier d’attachement à un objet comme une peluche, par exemple, alors il n’est bien sûr pas nécessaire de placer un objet dans son lit. Vous pouvez également chantonner quelque chose à l’enfant avant qu’il n’aille faire sa nuit ou faire sa sieste, de façon à ce qu’il comprenne ce qui va se passer quand il entendra cette petite chanson.

Écoutez votre instinct

Comme beaucoup de parents me le disent souvent, l’entourage peut parfois mettre une sacrée pression sur l’éducation que vous souhaitez donner à vos enfants, et sur le comportement que vous avez avec eux. Même si cela est plus difficile à dire qu’à faire dans certaines situations, il est primordial que vous écoutiez votre cœur, votre instinct, et non les paroles de votre entourage. Que vous fassiez tel ou tel choix, de toutes façons, il y aura toujours des personnes qui auront un avis contraire. Faites-vous confiance ! Rassurez-vous, il n’existe aucun parent parfait, tout le monde fait des erreurs, mais l’essentiel est de donner son maximum pour que l’enfant soit le plus épanoui possible.

error: Ce contenu est protégé
Recevoir les derniers articles par email

Recevoir les derniers articles par email

Pour être certain de ne rien rater, nous vous proposons de vous envoyer un email par mois avec la liste des derniers articles Montessori.

Merci. Vous allez maintenant recevoir chaque mois un email contenant l'ensemble des nouveaux articles.

Pin It on Pinterest

Share This