À deux ans, les enfants traversent une période que l’on appelle « la crise des deux ans » ou bien « terrible two ». Cette période est une période d’opposition pendant laquelle l’enfant va régulièrement refuser les choses à ses parents, se braquer, pleurer ou se mettre à crier… En bref, le « non » est en haut de la liste de son vocabulaire. Nous allons vous donner quelques astuces afin que votre enfant et vous viviez cette période un peu plus sereinement.

Terrible Two : Comment gérer la crise des 2 ans ?

La crise des deux ans, en détails

À l’âge de deux ans, l’enfant a compris qu’il est un être à part entière, qu’il a ses propres désirs et qu’il peut faire des choix : il souhaite donc passer ses propres choix avant les vôtres. L’enfant est sur le chemin de l’autonomie grâce à l’acquisition de la marche, au développement de son langage, ainsi qu’aux apprentissages autonomes : s’habiller, manger… Si l’enfant vit des colères qu’il ne peut pas encore gérer, c’est normal, car le cerveau de l’enfant est en phase de maturation concernant la gestion émotionnelle.

Pendant la fameuse crise des deux ans, l’enfant s’oppose souvent à ses parents, manifeste ses refus et peut se mettre en colère. On appelle cette période  » la petite adolescence « .

Les causes de la crise des deux ans

Tout d’abord, il est important de savoir qu’à cet âge-là, l’enfant n’est pas forcément capable mettre des mots sur ses émotions. Alors, quand une frustration arrive par exemple, le seul moyen qu’il trouve pour l’extérioriser, est de se mettre en colère. Il est donc primordial d’échanger beaucoup avec l’enfant (Voir 4ème point).

L’enfant peut vouloir attirer votre attention ou vous faire céder (si vous êtes habitué à le faire quand il se met à pleurer). L’enfant peut être dépassé par une émotion et/un événement, ou être frustré et donc, il réagit de la sorte.

Comment réagir ?

Rester calme et utiliser le « Je » – Il est important de ne pas réagir à la crise de l’enfant en parlant très fort ou en criant. Si vous perdez vous aussi vos moyens, cela peut envenimer la situation. Au contraire, si l’enfant voit que vous êtes calme, il pourra plus facilement le devenir lui aussi. Utiliser le « Je » est important, de cette façon l’enfant comprendra que cela VOUS gêne et peut également gêner votre entourage.

Ecouter l’enfant et accueillir les émotions de l’enfant – Mettez-vous à la hauteur de votre enfant et dites-lui que vous comprenez qu’il soit en colère. Vous pouvez lui dire que vous vivez des moments où vous aussi, êtes en colère et que cela arrive à tout le monde. Dites-lui également que la colère s’estompe au bout d’un moment, que la situation s’apaise et que tout finit par rentrer dans l’ordre.

Trouver des alternatives pour transférer ses crises – Il existe une multitude de choses que l’enfant peut faire pour décharger sa colère et la transférer sur quelque chose, comme taper sur un coussin par exemple, ou utiliser une balle anti-stress. Vous pouvez créer une roue des émotions, pour que l’enfant vous montre l’image qui correspond à son humeur du moment et qui lui permettra de se faire comprendre sans forcément mettre des mots sur les émotions qu’il ressent. Toutes ces choses aideront et accompagneront l’enfant à vivre et à transférer ses émotions négatives.

Ne pas être rancunier et donner de l’amour – N’oubliez pas que l’enfant ne fait pas ses crises pour vous embêter, mais parce qu’il vit une période par laquelle tous les enfants passent pour leur bon développement. Une fois la crise passée, serrez bien fort votre enfant dans vos bras et soyez présent pour lui. Sentir votre présence et votre soutien est important pour lui, encore plus dans ces moments-là.

error: Ce contenu est protégé
Recevoir les derniers articles par email

Recevoir les derniers articles par email

Pour être certain de ne rien rater, nous vous proposons de vous envoyer un email par mois avec la liste des derniers articles Montessori.

Merci. Vous allez maintenant recevoir chaque mois un email contenant l'ensemble des nouveaux articles.